Autoportrait _Don quichotte_, 2020
Poussières d'étoiles
Autoportrait Burn Out, 2018
Naitre vivre exister, Autoportrait 2020.
Autoportrait _Feu follet_ 2019
Autoportrait portable octobre 2020
L'essentiel de la vie
Jamais au bon moment
Je suis un arbre

Recherches Autoportrait

     Née en 1982 dans la Sarthe, le cheminement personnel m'en a emmenée loin pendant 17 ans pour finalement revenir m'installer dans les Alpes Mancelles en 2016. La photographie était venue croisée ma route très jeune mais ce sont d'autres expériences professionnelles qui m'ont dans un premier temps permises de « dompter » une réalité et un monde relationnel humain qui m'a toujours semblé étrange et très différent de ma manière d'appréhender « les choses ». Parmi la diversité de mes expériences professionnelles, l'enseignement de la Philosophie en lycées, puis l'éducation en milieu carcéral et la sculpture sur pierre m'ont appris à comprendre comment le monde était fait d'ombres autant que de lumière, à comprendre que ce sont les lignes directrices, les contrastes et les différences qui permettent de construire et de former du sens. Il m'a fallu passer par un cheminement intellectuel socratique poussé pour « sortir de la caverne » et faire un travail d'éclosion de la réalité et de moi-même. Sans cela la réalité restait une masse obscure et informe, et l'ébullition mentale perpétuelle un handicap...

      Un burn-out prononcé par la médecine du travail en 2014 m'oblige à me questionner sur ce décalage dans la manière de construire les relations sociales et de « voir le monde ». En 2016 et 2018 c'est un diagnostique médical qui m'apprend que je suis une personne neuro-atypique (HPI-TDAH-ASPERGER), autrement dit « à haut potentiel intellectuel » avec « troubles de l'attention et hyperactivité » et "troubles du spectre autistique" encore mal connus socialement puisque seuls 2% de la population sembleraient être concernés... Une pensée en ébullition permanente, une hypersensibilité émotionnelle, un refus de l'autorité, une perception extra-sensorielle, une quête de sens permanente… jusqu’à vouloir sauver le monde. Concentration, énergie et travail en montagne russe, une créativité intellectuelle et artistique, une réflexion et une interaction sociale basées sur l'affectif plus que la tête, une hyperfocalisation avec recherche de nouveauté permanente caractérisent ma personnalité.  J'emprunte le chemin de la résilience et découvre petit à petit qu'avant d'être un esprit atypique, je suis d'abord et fondamentalement un corps et un coeur sur la Terre..

      Après deux ans d'arrêt et d'éloignement de l'emploi il n'était plus question pour moi de retourner dans le cours ordinaire du travail et de la vie. Une seule chose devenait primordiale : la création artistique. L'outil photographique est alors réapparu comme une évidence. Comme pour les trois expériences précédemment évoquées (Philosophie, milieu carcéral et sculpture), la photographie amène à voir quelque chose parce qu'elle le cible. Elle joue avec l'ombre et la lumière pour dévoiler et révéler un sujet parfois invisible. Les lignes et les contrastes d'une scène photographiée sont au plus proche de ma représentation de la réalité. Et l'hyperfocalisation de la macro est 

jumelle de ma capacité de concentration. L'œil dans l'optique macro me fait le même effet que lorsqu'il est dans une lunette astronomique. Les proportions et dimensions spatiales et temporelles sont secondaires et s'effacent devant la  la réalité magique du vivant et la force de cet imaginaire et cet émotionnel indomptables.

      La photographie n'a de sens pour moi que lorsqu'elle est mise au service d'une intention élaborée. La simple recherche esthétique ne m'intéresse pas. Je ne peux dissocier aujourd'hui mes recherches photographiques de mon travail d'écriture orienté par ce chemin de la résilience et l'éclosion d'une conscience universelle écologique et spirituelle. Le retour à la nature et la découverte de la méditation et du yoga ont été source de guérison. Ma recherche artistique s'en inspire.

DSC_4781 (2).jpg

© Laurent Alvarez

DSC_4852 (2).jpg

© Laurent Alvarez